Nos actualités

Pensez-vous être plus de type relationnel ou émotionnel ?

Vous vous demandez souvent quel est votre tempérament dans telle ou telle situation. Il est apparemment impossible de répondre car on est tous à la fois rationnel et émotionnel, à des degrés différents.

 

Une interactivité claire entre les deux hémisphères

Les deux hémisphères présents dans le cerveau ont chacun leur rôle : celui de gauche est associé au système rationnel alors que le droit est associé au système émotionnel. Il est indispensable que ces deux hémisphères soient actifs et communiquent ensemble, notre façon de réfléchir et de comprendre le monde dépend de ces deux parties, nous serions atteints d’une pathologie si l’une d’elle ne fonctionnerait pas correctement.

 

La pratique des rôles distincts

Il faut adapter son attitude en fonction de l’environnement et du contexte. Je vais afficher une attitude rationnelle si je fais une présentation à des prospects alors que devant des collègues je vais adopter une attitude plus émotionnel, avoir un langage moins soutenu que la présentation.

 

Rationnel ou émotionnel pour obtenir un meilleur résultat ?

Il n’y a pas de meilleures méthodes. Certaines sont plus utiles en fonction de la personnalité de votre interlocuteur mais chaque tempérament a son avantages et ses défauts.

 

Des composantes de notre personnalité

A moins de recruter un robot, un recruteur ne pourra jamais employé une personne totalement rationnel. L’aspect rationnel ou émotionnel s’expriment selon des contextes différents et l’impression de réussite sur le plan professionnel dépendra de plusieurs composantes :

  • Personne-Tâches: des tâches qui conviennent à la personne
  • Personne-Équipe: une compatibilité entre l’individu et les collègues
  • Person-Environnement organisationnel: compatibilité entre les valeurs, les besoins et les buts de la personne ET la structure, culture organisationnelle.

 

Les huit types d’intelligence selon Howard Gardner

La huit types d’intelligence d’Howard Gardner, un psychologue américain de l’université d’Harvard, veut qu’il y ait un lien entre les formes d’intelligence et les choix de carrières. Par exemple, si je possède une caractéristique corporelle-kinesthésique, on aura tendance à se tourner vers une carrière où j’ai besoin d’une bonne condition physique alors que la caractéristique linguistique nous rapprochera vers une profession du langage comme écrivain ou traducteur.

 

La connaissance de soi au cœur du choix professionnel

Connaître son type d’intelligence peut vous aider à vous adaptez dans certaines situations mais il ne va pas assurer la réussite ni la sécurité d’un emploi, c’est pour cela que l’on ne doit pas faire un choix de carrière en fonction de celui-ci. Il y plusieurs informations à prendre en compte avant de prendre cette décision comme mes compétences par rapport à mes missions, l’environnement dans lequel je me sens le mieux, si je veux travailler seul ou en équipe…